27 mai 2017 | Rencontre avec Alessandro Pignocchi

Rencontre avec Alessandro Pignocchi autour de ses deux bandes dessinées

Anent : nouvelles des Indiens jivaros

Il y a quarante ans, l’anthropologue Philippe Descola passait trois années chez les Jivaros, en jungle amazonienne. Là, il a pu récolter des anent : petits poèmes susurrés par les indiens afin d’établir une relation avec les plantes, les animaux et les esprits. Lire Les Lances du crépuscule fascine A. Pignocchi et le décide à aller en Amazonie sur les traces de Descola et rencontrer les Jivaros… Il nous raconte ses séjours avec beaucoup d’humour, d’autodérision et surtout d’empathie. Une magnifique bédé ! (Steinkis éditions, 2016, 20€)

Petit traité d’écologie sauvage

Une bédé pleine d’humour, issue de son blog, où Pignocchi imagine un renversement total de situation : et si le monde et ses dirigeants adoptaient l’animisme des indiens d’Amazonie ? Alors le Premier ministre se prend de passion pour les rainettes ; le Président de la République prend le temps de remettre un bousier sur ses pattes avant d’aller à un sommet du G20 ; quant aux séances de l’ONU, elles sont à mourir de rire… Mais, seules quelques régions françaises ont conservé les anciennes coutumes occidentales, un ethnologue jivaro vient les étudier… (Steinkis éditions, 2017, 14€)


Alessandro Pignocchi est chercheur en sciences sociales et philosophie. Il se reconvertit dans la bédé avec son blog Puntish. Ses deux premiers albums sont vraiment une réussite : avec ses très beaux lavis noir et blanc ou couleurs, le lecteur est plongé avec délices dans un monde où le réel et le scientifique se mêlent avec bonheur au naïf, à l’imaginaire et à l’humour ! Un auteur à découvrir et rencontrer.

Rendez-vous :
Samedi 27 mai, de 10h30 à 12h à la librairie Mosaïque, Die.