Andrus Kivirähk – Le Papillon

ANDRUS KIVIRÄHK
Le Papillon

Après nous avoir surpris et réjouis avec L’Homme qui savait la langue des serpents, puis fais rêver avec Les Groseilles de novembre, les éditions Le Tripode nous proposent le premier roman d’Andrus Kivirähk, auteur estonien adulé dans son pays.

Ce court roman est remarquable : un vrai plaisir de lecture profond, facile et léger.

A la fin de la Première Guerre mondiale, le narrateur, Gustav était jeune ouvrier lorsqu’il est embauché, un peu par hasard dans la troupe du théâtre l’Estonia. Ce changement de vie l’entraîne dans une aventure heureuse car la troupe et la bohême sont pleines de joies, de loufoqueries : un bouillonnement de jeunesse, de vitalité et de créativité. D’amitiés sincères et festives mais aussi et surtout d’amour : la rencontre avec Erika, vite surnommée le Papillon… Mais le chien gris rôde autour de ce bonheur : la « brutale réalité du monde » le rattrapera et le soumettra. Gustav sera le survivant, le dernier témoin…

Roman doux et mélancolique, Le Papillon est une « ode à la vie et à la création artistique » du peuple estonien qui, malgré toutes ses souffrances, défie et résiste au poids d’une histoire européenne qui le broie.

Vous terminerez ce livre heureux car avec son humour, l’auteur nous donne du bonheur et de l’espoir !

B.

Andrus Kivirähk, Le Papillon, Editions le Tripode. Traduit de l’estonien par Jean-Pascal Ollivry, Janvier 2017, 240 pages, 19 €. Réserver