Bahiyyih Nakhjavani – Eux & Nous

3-bahiyyih-nakhjavaniBAHIYYIH NAKHJAVANI
Eux & Nous

Devant l’insistance de ses deux filles, Bibijan, veuve d’un général du Shah d’Iran et bientôt octogénaire, accepte de quitter Téhéran pour vivre alternativement chez elles. L’une vit chichement à Paris, célibataire, artiste contestataire et libérée ; l’autre à Los Angeles, mariée, deux enfants, plus américaine et peroxydée que possible. Forcément, les choses ne se passent pas très bien !

Par-delà les certitudes de chacune, et les arnaques financières du mari et autres hommes de l’entourage, Bahiyyih Nakhjavani nous dépeint un portrait attachant et critique de ces émigrés iraniens, riches et aisés certes, mais humains. Plane aussi sur cette famille l’esprit du fils et frère disparu lors de la guerre Iran-Irak…

C’est aussi un livre empli d’humour, de sourires, de moqueries sur eux, orientaux et sur nous, occidentaux : un roman puissant sur le déracinement.

B.

 

Bahiyyih Nakhjavani, Eux & Nous, Roman traduit de l’anglais (Iran) par Christine Le Bœuf. Editions Actes-Sud. Octobre 2016. 352 pages ; 22,80€.
Réserver

Le mot de l’éditeur :

Quand Bibijan, bientôt octogénaire, se résout enfin, sous la pression de ses deux filles, à quitter Téhéran, elle a pour destination Los Angeles, siège d’une vaste communauté iranienne en exil, où son aînée, Goli, a fondé une effrayante famille qui se veut plus américaine que nature. Mais la vieille dame n’est pas davantage attirée par Paris, où vit sa cadette, Lili, artiste conceptuelle bohème, dont sa mère a découvert non sans répulsion l’appartement incommode sous les toits d’une décevante Ville Lumière. Armée de la précieuse “carte verte” dont chacun ne cesse en vain de lui vanter les vertus, Bibijan, qui ne vit plus, de fait, que pour connaître le sort de son fils, Ali, mystérieusement disparu dans les montagnes kurdes, navigue, ballottée entre ses filles qui se disputent son destin, dans les décors d’un Occident dont l’a d’emblée révulsée le matérialisme éhonté qui semble avoir gravement contaminé l’exil de ses compatriotes.
À travers le destin d’une famille incarnant une communauté aux mille visages qui transcende les frontières, Bahiyyih Nakhjavani dresse, sous les dehors d’une satire jubilatoire, l’attachant portrait, toutes générations confondues, d’un peuple qui, déchiré par la succession des tyrannies anciennes et nouvelles, et désormais seulement relié par l’usage de la langue ancestrale partagée, ne cesse d’osciller entre nostalgie et déni, offrant ainsi, sur l’histoire d’une nation régulièrement placée sous les feux de l’actualité la plus névralgique, un éclairage aussi inédit que subversif.