Giosuè Calaciura – Borgo Vecchio

Giosuè Calaciura
Borgo Vecchio

Dans ce roman bref et empli de verve, Calaciura nous plonge dans le quotidien d’une ville du sud de l’Italie, probablement Palerme dont l’auteur est originaire.

Il nous parle de quelques uns de ses habitants : Minno et Crisofaro, deux adolescents en quête d’aventures, de tous genres. Toto, escroc notoire et voleur à la tire qui court plus vite que le vent, « on sent un courant d’air ». Carmela la prostituée accueillante et ouverte à tous, habitants du quartier et marins de l’OTAN ; sa fille Céleste, à la belle peau bronzée, née de père inconnu, qui sert de vigie pour les pratiques de sa mère… Minno en est secrètement amoureux.

Nous est dépeint ainsi la vie d’un quartier populaire et pauvre où l’on élève des poules dans les sous-sols… Un quartier où l’humanité, la solidarité sont fortes et vivantes. Il y a beaucoup d’humour dans ce roman, le lecteur rit souvent… En de longues phrases inventives et parfois complexes Calaciura nous décrit des scènes autrement inénarrables, par exemple la descente des policiers, un morceau d’anthologie ! Même le curé et la sainte patronne du quartier sont  des personnages pittoresques.

Un livre vivant, empli de joie, d’humour, mais aussi de drames et de violence : il y a un mystérieux pistolet caché dans des chaussettes ; il y a même un « traître« , paiera-t-il ses perfidies ?

Traduit de l’italien par Lise Chapuis. Editions Notabilia, août 2019.  160 pages, 16 €.