Richard Wagamese – Les étoiles s’éteignent à l’aube

1-richard-wagameseRICHARD WAGAMESE
Les étoiles s’éteignent à l’aube

Premier roman d’un indien de la nation ojibwé, ce livre est une merveille : sans fioritures, usant d’un style brut et de dialogues taiseux, l’auteur nous conte une forte histoire familiale.

Le père, Eldon se sachant proche de la mort demande à son fils, Franklin, de l’emmener mourir dans les montagnes, comme un vrai indien. Mais Eldon a été un père indigne, marginal, alcoolique ayant abandonné son fils. Franklin lui, est élevé comme un indien par un ancien ami d’Eldon, apprenant à connaître et à vivre dans la nature sauvage. Malgré tout son ressentiment, le fils convoiera son père mourant, non sans difficultés (notamment une rencontre d’anthologie avec un grizzly). Ce périple permettra au vieil homme et à l’adolescent de se retrouver, comme père et fils mais aussi comme indiens.

Un roman tout public qui évoque avec justesse les sentiments familiaux ainsi que le rapport respectueux à la montagne et à ses forêts.

B.


Richard Wagamese, Les étoiles s’éteignent à l’aube, traduit de l’anglais (Canada) par Christine Raguet. Editions Zoé, avril 2016, 285 pages, 20 €.
Réserver

 

Le mot de l’éditeur :

Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage à travers l’arrière-pays magnifique et sauvage de la Colombie britannique, mais aussi un saisissant périple à la rencontre du passé et des origines indiennes des deux hommes. Eldon raconte à Frank les moments sombres de sa vie aussi bien que les périodes de joie et d’espoir, et lui parle des sacrifices qu’il a concédés au nom de l’amour. Il fait ainsi découvrir à son fils un monde que le garçon n’avait jamais vu, une histoire qu’il n’avait jamais entendue.